Hauteclaire, Barbey d’Aurevilly adapté par Jean Prat et Françoise Dumayet

« – Quel jeu joues-tu Hauteclaire ? Où as-tu pris ce goût des mystères inutiles ? Prends-tu tant de plaisir à te dérober à ceux qui t’aiment ?

– Je préfère le silence aux explications. (…)

– Hauteclaire ! Pourquoi caches-tu ton visage ? N’as-tu pas pensé qu’on pourrait te détester d’aimer autant la singularité ?

– Les autres peut-être, mais pas vous Docteur, vous avez trop le goût des gens singuliers. »